TOUS LES VENDREDIS DE L’ÉTÉ, À LA GABART

L’ASSOCIATION AVANT-PREMIÈRES CRÉE 

LE PLUS PETIT DES FESTIVALS !…

(et peut-être aussi le plus long…)

…….

FESTIVAL DU LAYON  –

« À CONTRE-COURANTS »

Entièrement dédié à la chanson française

 …….

                                         300 Chansons

                                         10 récitals

                                         1 seul artiste : Antoine CAPELLA  

Un « FestiVal – Marathon » inédit, pour vous en-chanter de chansons,

et surtout vous rafraîchir des plus beaux « Courants-d’airs »…

 …….

 Cet été,  soyez « À CONTRE-COURANTS » à la GABART ! 

 Retenez vos Vendredis soirs !…

 …….

C’est « FestiVal » à la GABART de 20h30 à 23h.

  • Trois Vendredis de Juillet : le 12, le 19, le 26.

  • Tous les Vendredis d’Août : le 2, le 9, le 16, le 23, le 30.

  • Deux Vendredis de Septembre : le 6 et le 20.

Spectacle gratuit (au chapeau) – Sans réservation (mais c’est possible de réserver…)

En fonction du nombre de places – Attention, la Gabart ne peut accueillir plus de 60 personnes

Consommations en sus.

      

Pourquoi ce FestiVal ?

 

Transmettre l’héritage de la chanson à la française, un patrimoine aussi tangible et aussi singulier que peut

l’être la Tour Eiffel. Réaffirmer sa participation à un inconscient collectif fédérateur, souligner et « ré-ancrer »

ses particularismes pour les pérenniser. Démontrer son caractère intemporel, lui rendre hommage. Partager

et faire découvrir « l’essence » de son caractère. La visiter et la revisiter, donner à ressentir tout ce qu’elle

recèle de trésors. Décrypter scénographiquement et pédagogiquement, le continuum de son histoire.

Commencer à poser les bases d’une reconnaissance par l’UNESCO afin que la Chanson à la Française

Devienne, à l’instar de la gastronomie française : Patrimoine Immatériel de l’Humanité.

Nous espérons également, bien sûr, capter vos émotions, vous faire vibrer et pourquoi pas, inspirer

des vocations… Voilà tout l’objet de ce très original FestiVal du Layon : « À contre-Courants ».

                                               …….

Par ailleurs, la GABART sera ouverte aux Dîners spectacles tous les Samedis de l’été.

Toujours sur réservation…

 

N’oubliez-pas que nous accueillons des événements – midi et soir – pour des groupes : Familles

(anniversaires, fêtes, etc.) – Associations – Clubs – Entreprises – C.E. – etc. Tous les jours de la semaine

et le dimanche. Il vous suffit de réserver la salle (privatisation de la salle à partir de 20 personnes).                                              

…….

Voir la programmation sur le Site : www. lagabart.com

…….

Tél : 0789 709 766  –  Courriel :   –  Site : www.lagabart.com

LA GABART – La Chauvetterie – Saint Aubin de Luigné 49190 VAL du LAYON

……………………………………………………………………………………………………….……………………                                                

Et puis, si cela vous intéresse…

En quoi la singularité de ces chansons les distingue-t-elles ?

 

Assurément, de nombreuses chansons de cette tradition sont entrées dans notre inconscient collectif

et sont devenues légendaires. D’autres, plus discrètes, portent néanmoins également  ce « label », et

méritent d’être mises ou remises en avant… Quel que soit le statut de ces chansons, elles figurent au

fronton de notre histoire populaire, car leur système racinaire a nourri et vivifié son époque et si nous

le décidons, drainera et nourrira encore longtemps l’inconscient culturel des générations à venir.

 

La « chanson à la française » tient beaucoup plus du récital que du « show ». Bien qu’appartenant

à ce qu’on nomme « variété », elle n’entre pas tout à fait dans ce cadre très ou trop commercial pour

elle. Bien que la frontière entre ces deux mondes soit poreuse et fluctuante… L’essence artisanale de

ses créations, est moins soumise au dictat des modes et des influences mercantiles, car son postulat

de création n’est pas le succès à tous crins… Elle ne doit pas plaire au plus grand nombre possible et

correspondre à une forme de reconnaissance socio culturelle ou ethnique « vendeuse » souvent

signes de nivellement culturel par le bas : marketing des ventes oblige !

 

Elle doit juste être l’expression d’une sensibilité qui touchera plus ou moins un public averti, et

dont l’exigence émotionnelle se traduit naturellement par un constat d’élitisme. Elle s’établit à

partir d’une poétique exigeante, qui honore sa langue, et qui, le plus souvent propose une

dramaturgie qui fait entrer le théâtre dans l’expressivité de l’interprète. Là, le culturel

l’emporte sur le divertissement.

Les petites salles dans lesquels le spectateur est proche de l’artiste, sont l’apanage de cet art.

Certes, ce cadre intimiste n’est pas propice à suivre le modèle économique démesuré de

l’industrie du show-business : les grands stades ne sont pas pour elle… Pour autant, faut-il

voir disparaître cette grande et singulière tradition qui a hissé un art populaire au niveau des arts

dits majeurs ? Et, qu’à l’instar du théâtre classique, de Molière à Racine, il est bon de « sanctuariser »

par la scène vivante, ces fragments de notre petite et grande histoire populaire.

Antoine CAPELLA, « interprète – performeur » hors normes, en renouant avec une tradition de chanson

à la française, nous offre une traversée tout à fait inédite dans un répertoire au particularisme et au passé

prestigieux (parfois pas si éloigné de nous d’ailleurs…). Il va, lors de cette série de récitals sans précédent,

tels des voyages dans le temps, interpréter, en 10 récitals, plus de 300 chansons de presque tous les petits

et grands monuments qui ont laissé leur empreinte dans nos mémoires et sur notre culture.

Ces « monuments de la chanson » ont su donner des lettres de noblesse à cet art. Art rendu majeur

par le génie de ces auteurs et ces fabuleux interprètes, qui ont forgé sa légende et sa singularité.

Cet artiste revisite magistralement cet âge d’or de « la chanson à la française ». Parfois de manière

très conviviale, là le public se fait souvent « chorale » improvisée, et d’autre fois, il imprime une

dramaturgie intimiste que le texte suggère, et là, il inspire presque le recueillement…

Dans tous les cas, il nous propose-là, au travers de ce qu’il est convenu de nommer ces « grands

classiques », une partie très représentative de ce qu’elle a engendré de meilleur !

Ce vrai « marathon » est une première en France ! Venez découvrir cet artiste à la GABART

et parcourez avec lui cette merveilleuse histoire de la chanson ! Antoine Capella est un guide

de grand talent, qui fait partie des derniers hommes de scène à interpréter et à apporter un

jeu théâtral très dense aux textes qui le requièrent…

                                                       ….…….